Le Graillon

Le Graillon

Recueil de poèmes de Guillaume Déloire aux éditions des Vanneaux

Un maçon, au visage aussi buriné que ses mains, à qui (la serveuse) tend le menu, dit que ça ne sert à rien car il ne sait pas lire : | j’ai fait l’école au rez-de-chaussée | pas pu aller plus haut à cause du vertige.

Saisi par l’émotion d’un repas dans le dernier restaurant ouvrier de Gennevilliers, quelque chose se cristallise chez Guillaume Déloire. Un travail photographique d’abord, puis la mise de son talent de diarist au service d’un récit alternant poèmes libres et prose poétique : Le Graillon. Il se lit comme il fut écrit : en cheminant, au hasard des rencontres avec des êtres, des lieux, jusqu’au point où tout s’aligne, la vieille photographie jaunie des aïeux de l’auteur, qui tenaient eux aussi un bistrot ouvrier, quai National à Puteaux. Sans stratégie consciente, Le Graillon casse les frontières. Il veut faire entendre la voix de ceux qu’on oublie, et, sans y paraître, devient un acte poétique, politique et d’amour.